Le fromage du Québec | 2e partie


Québécois ! Unissons-nous pour le salut de nos fromages! Faisons une révolution du palais,  créons l’automne du carré blanc ! L’invasion européenne s’en vient. Gardons une place sur le plateau de nos délices pour les petits chef d’œuvres goûteux de nos terroirs.
Nonobstant ce combat pour l’autonomie alimentaire, vous serez d’accord : il n’est pas obligatoire de tout savoir sur nos fromages pour les aimer. Nos sens sont là pour s’éveiller à leurs subtilités. Naturellement, bien connaître leur mode de fabrication, leur type de croûte ou de pâte, c’est un avantage que ne négligent pas les amateurs passionnés. Le fromage est un aliment complexe et délicat. Voilà pourquoi il faut parfois se donner la peine de passer dans une boutique spécialisée pour s’en faire expliquer la vraie nature.  Concentrons-nous sur le goût et apprenons à détecter nos propres préférences ! Voir ci-joint quelques observations pleines de bon…sens.

Vous me direz : pourquoi tout ce tralala ? Par amour du bon et du beau, simplement. Par respect pour ces artisans qui consacrent cœur et âme à produire un aliment si riche en valeurs nutritives et si apte à donner du plaisir. Et aussi parce que le fromage, ce noble et génial aliment, témoin de notre science des nourritures terrestres,  est en lui-même, sur une table d’hôte, une courtoisie gustative irréprochable.  Dans la catégorie des bonnes choses, il est relativement peu coûteux et fort plaisant. Vous serez ravis quand on vous dira, en admirant votre plateau de fromages : que c’est beau ! et que ces fromages sont bons ! D’ailleurs, tout n’est-il pas encore meilleur, quand la présentation est jolie ? Une règle absolue en cuisine, bien sûr.

Diane Seguin
La semaine prochaine, nous terminerons notre survol des fromages en dégustant nos fromages du Québec… autrement.

  • Abonnez-vous à l'infolettre du Marché!

    Abonnez-vous à notre infolettre. Elle vous renseigne sur les activités de nos différents marchés tout au long de l'année.
    * = Champ requis